vendredi 21 novembre 2014

Exposition des œuvres d’arts plastiques à l’espace culturel « Le Centre » de Lobozounkpa : « Hwenùxo » s’ouvre aux visiteurs pendant deux (02) mois


Charly Djikou

Après quatre  (04) semaines de résidence de création des œuvres  d’arts plastiques autour de la thématique « Hwenùxo » ou « L’histoire du Temps » en français, les deux plasticiens béninois, Rafiy Okéfolahan (Peintre)  et Charly Djikou (Sculpteur de Pierre) ont partagé avec les visiteurs les fruits de leur labeur. Le vernissage des œuvres exposées a été effectif le  jeudi 13 novembre dernier, à l’espace culturel « Le Centre » de Lobozounkpa, en présence de plusieurs invités.  

C’est parti pour deux (02) mois  d’exposition des œuvres d’arts plastiques de Rafiy Okéfolahan (Peintre)  et Charly Djikou (Sculpteur de Pierre). Au-delà de la bibliothèque, l’espace culturel « Le Centre » de Lobozounkpa accueille pour le bonheur des visiteurs, des œuvres d’arts plastiques à découvrir durant deux  (02) mois.
Cette exposition, fruit d’une résidence de création, offre à tout venant, une quinzaine de toiles du peintre béninois Rafiy Okéfolahan et des sculptures en pierre  de Charly Djikou. Soigneusement installées les unes à côtés des autres, ces œuvres (Toiles et Sculptures) montrent le véritable travail réalisé par les deux artistes. Même s’ils ont essayé de travailler autour de la thématique « Hwenùxo », chacun porte son regard particulier sur ce qui lui est relatif. Au cœur de son travail, Rafiy a abordé un travail dénommé « Les KAMIKASES  URBAINS ».  Des Kamikazes qu’il caricature par  les ‘’Transporteurs d’essence frelatée ‘’  de Cotonou.  « C’est juste pour attirer une nouvelle fois l’attention de tout le monde sur ce phénomène, qui bien profitable à la  population, tue la même population en cas d’imprudence »,a –t-il dit, pour justifier le travail. Le trafic  d’essence frelatée  au Bénin, selon ses propos, interpelle tous les acteurs de la société et montre combien de fois le problème de chômage se pose avec acuité au Bénin. « Il faut réaliser un travail profond dans ce sens afin de limiter les dégâts causés par ce travail », a-t-il préconisé.  Unissant la rouille,  peinture à huile, charbon, le marc de café,  le bois, et de vives couleurs, Rafiy emporte dans un univers  d’incendies, des brûlés  au 03ème degré, des corps calcinés …etc provoqués  par les trafiquants d’essence frelatée. Entre l’abstrait et le figuratif, Rafiy agit surtout les couleurs vives (Le Rouge, le jaune, le blanc, le bleu et l’orange) afin de véhiculer son message. Il va loin en proposant également une installation. Elle est composée des bouteilles en plastique (parfois vide ou remplies d’essence frelatée), au centre de laquelle, on aperçoit les images montrant une série de dégâts occasionnés par ce produit. Parlant Charly Djikou, il a surtout fait bonne figure par des faits quotidiens. Parmi la vingtaine de pièces exposées, Charly laisse découvrir, Une sculpture qui montre une ‘’Grande Gueule’’,  les ‘’Larmes de la pierre noire’’, le ‘’Personnage à tête d’oiseau’’, les ‘’Cicatrices’’  et la ‘’Vie sans l’amour’’. Pour lui, chaque œuvre sculptée raconte l’histoire du présent dont l’aisance sort du passé. Les sculptures en pierre de Charly laissent transparaître un désir d’ornement mais elles vont au-delà de cet aspect. Elles fascinent et séduisent tout visiteur en face de les contempler. Charly propose aussi une installation dont les pierres et lumières font bons ménages. 

                     QUELQUES IMPRESSIONS  DES INVITES
Sylvain Treuil, Directeur de l'institut français de Cotonou
«  Mais…de très bonnes impressions.  C’est un travail remarquable qui a été fait. L’institut français  est toujours présent aux côtés des artistes dès qu’il  y a quelque chose qui se fasse  au niveau des arts visuels, nous sommes présents pour les soutenir.  Mais…c’est un travail très intéressant, le  sculpteur Charly m’impressionne. C’est la première fois que je découvre son travail. C’est vrai  que ce n’est pas un travail qui est très répandu au Bénin : la sculpture sur pierre, puis  c’est vraiment intéressant. Et puis, bon Rafiy, on le connait déjà par son travail. Il est sur cette thématique depuis deux ans, donc je connaissais déjà, ce n’était pas une surprise. Par contre Charly, je ne connaissais pas son travail. Ça m’a particulièrement frappé.  Nous sommes partants à monter des collaborations avec ce centre. Ce centre offre un espace très intéressant pour les résidences de création, que nous n’avons pas à l’institut. A l’avenir, je pense qu’il y aura beaucoup de choses à faire. »
 


Yaba BANTOLE, Fonctionnaire des affaires étrangères à la retraite.
« Je suis très émerveillé. C’est première fois que je viens au centre. Je ne savais pas qu’il y avait un tel  espace  dans notre bonne ville de Calavi. On m’a dit que c’est la mairie  qui a mis le terrain à disposition et en coopération avec quelques expatriés. Ils ont réalisé les bâtiments que nous avons devant nous. Je suis très enchanté de voir que petit à petit, les béninois commencent par s’intéresser à la culture  et l’art. Rafiy et Charly, je les connais, il y a quelques temps. Charly, il y a près de 20 ans et Rafiy, trois ou quatre (04) ans. Ce sont des artistes que j’aime et j’apprécie beaucoup. Ce que je viens de découvrir ici, cela  témoigne  de leur créativité et mérite encouragement. On peut les encourager par de petits conseils et quelques  matériels d’acquisition »

Noel Vitin, agent à l’institut français de Cotonou
« Je commence par parler d’abord du centre. Comme moi personnellement j’ai l’habitude de le dire, si on peut avoir dix, plusieurs centres dans les quartiers, si chaque quartier peut avoir un centre, ça va être très bon, ça va faire évoluer encore l’art, ça va faire que les élèves qui sont dans ces quartiers verront ce qu’est l’art. Je crois que, jusqu’au jour d’aujourd’hui, j’ai l’impression qu’au cours de la présentation des pièces de théâtre, les vernissages, il y a moins de personnes qui s’intéressent à la culture. Donc, avec la multiplication des centres dans les quartiers, ça va éduquer  les élèves, le quartier, et je crois que les gens verront l’importance que l’art joue. Maintenant, la résidence. C’est une résidence d’un mois de jeunes artistes que je connaissais avant.  Je le connaissais Rafiy mais je n’ai jamais vu Charly tailler la pierre. J’avoue que c’est vraiment impressionnant. Il paraît  qu’en un mois, il a taillé au moins une dizaine ou une vingtaine de pierres. Ce n’est pas taillé n’importe coups, c’est bien fait et c’est du boulot à encourager. Je demande à tout le monde de faire un tour au centre pour voir ce qui est produit »
Par Rodéric DEDEGNONHOU, Journaliste à l’AGENCE BENIN PRESSE
Enregistrer un commentaire

Résidence de création au complexe culturel ‘’Le Centre-Bénin’’ : Olga Luna et Vincent Bredif, un duo pétulant

                                (Les œuvres dévoilées au public vendredi) Au lendemain de la cérémonie du vernissage de l’exposition  de...