mercredi 28 novembre 2012

Biennale Bénin édition 2012 : Le projet « Résistances Itinérantes » place Abomey sur orbite

 Projet spécial de la biennale Bénin édition 2012, « Résistances Itinérantes » a frémi la ville historique d’Abomey par la mise en œuvre des différentes activités inscrites à cet effet. C’était vendredi et samedi dernier que festivaliers et publics curieux de la dite ville ont assisté avec satisfaction et ferveur aux diverses phases dudit projet.

Initié par le directeur exécutif de la biennale Bénin édition, Dominique Zinpkè, le projet « Résistances Itinérantes » a pour objectif de mettre en lumière des écritures plastiques contemporaines d’une rare vitalité qui se situent au coeur du quotidien et des enjeux actuels. Ce projet a permis aux festivaliers et publics curieux de la ville d’Abomey d’assister aux vernissages des expositions « Noble Héritage » et « Densité génération Nouvelle ».
  En effet, la soirée du vendredi a permis aux festivaliers de la biennale Bénin de fouler le sol du palais royal d’Abomey  afin d’assister au vernissage de l’exposition « Noble Héritage ». L’artiste, par une sorte d’engagement, transgresse l’expérience ordinaire en se libérant des évidences et en exhibant l’absolue contingence des choses, qu’il ouvre à une dimension critique des phénomènes socioculturels. Quelques soient les lieux, il s’approprie les matériaux nouveaux pour les rendre autrement expressifs par un processus créateur forcément marqué par un imaginaire et un vécu spécifique.
 L’invitation de trois artistes contemporains majeurs au sein du Palais Royal d’Abomey, en fait un miroir fidèle des dynamiques et résistances créatives les plus actuelles. Les oeuvres, ouvertes à l’altérité et dans la constance à soi, y sont dignement reçues. Avec les œuvres  du trio  Barthélémy Toguo (Cameroun) ; Freddy Tsimba (République Démocratique du Congo) et Zinkpè (Bénin), le palais royal d’Abomey respire un travail profond d’une génération engagée pour l’art.
Après cette étape, cap a été mis à l’Unik – Lieu de création contemporaine. Les différentes œuvres de l’exposition  « Densité génération Nouvelle » ont été connues par la visite des festivaliers.  Cette exposition a réuni treize (13) jeunes plasticiens béninois qui ont réalisé des œuvres lors d’une résidence de création. Il s’agit de : Aston, Sébastien Boko, Marius Dansou, Benjamin Déguenon, Bamouss, Thierry Oussou, Toffa, Damien Tokoudagba, Totche, Nathanaël Vodouhe, Rémy Samuz, Nock, Soeur Goussikindey.  La variété des thématiques et des langages choisis par ces artistes permettent de faire le point sur la production artistique aujourd’hui au Bénin. Elle donne la mesure de l’effervescence et du renouveau de la scène artistique, avec notamment l’émergence d’une nouvelle génération qui invente ces propres codes expressifs. Une performance intitulée « The last death » de Barthélémy Toguo  et une soirée festive ont mis fin à la journée du vendredi.  A rappeler que la journée du vendredi a été aussi une occasion pour les festivaliers de visiter la maison du patrimoine de Porto-Novo afin de prendre corps avec le projet « Waba » sans occulter de découvrir l’équipe « Mémoire d’une biennale»  à l’école du patrimoine  africain.

                      Rencontres thématiques  et  hommage à Cyprien Tokoudagba
Les activités du projet « Résistances Itinérantes » ont démarré samedi dernier par le vernissage d’une exposition d’hommage à Cyprien Tokoudagba. Intitulée « Tokoudagba, l’œuvre d’une vie », cette exposition a connu la participation active des festivaliers  à la Maison des arts contemporains d’Abomey (Maca). Elle retrace le parcours artistique de Cyprien Tokoudagba à travers l’originalité de ses œuvres. Grande figure  de l’art contemporain, Cyprien Tokoudagba s’en est allé dans le ciel noir des nuits d’Abomey. Tout au long de sa vie d’artiste, il a puisé une force au service d’un art exceptionnel mettant en scène la richesse du répertoire ésotérique Danhoméen.
Le Musée Historique de la ville d’Abomey, les nombreux temples Vodou, notamment Zomadounou Akaba, la Maison collective Tokoudagba, etc ; sont aujourd’hui autant de lieux qui inscrivent sur les murs d’Abomey le travail de l’artiste en véritable mémoire visuelle. Réalisées en 2012, quelques mois avant sa disparition, les toiles inédites que présente la Maison des Arts Contemporains d’Abomey (MACA), restituent le creuset de l’intuition créatrice de l’artiste Tokoudagba.
Parlant des rencontres thématiques, les festivaliers ont eu le privilège de débattre autour de deux thèmes dans la salle de conférence  d’Unik-lieu de création contemporaine. Il s’agit de « L’artiste citoyen » sous la coordination du commissaire de la biennale Bénin, Abdellah Karroum et « Les masques se meuvent encore » par Claire Tancon.  Développant  sa thématique, Abdellah Karroum a souligné que la question du citoyen est homogène et interroge le format de l’artiste. La question intègre l’œuvre de l’artiste dans un environnement  politique économique, etc, a-t-il poursuivi avant de proposer l’organisation d’agora pour débattre.
(Publié le 12 Novembre 2012 dans le journal Nokoué)


Enregistrer un commentaire

Résidence de création au complexe culturel ‘’Le Centre-Bénin’’ : Olga Luna et Vincent Bredif, un duo pétulant

                                (Les œuvres dévoilées au public vendredi) Au lendemain de la cérémonie du vernissage de l’exposition  de...